Herpès génital

Herpès génital - SOA-AIDS, Amsterdam.

Se transmettant sexuellement, l’herpès génital est une infection qui se caractérise par l’apparition de lésions douloureuses sur les parties génitales. Il est généralement causé par le virus herpès simplex de type 2 (VHS-2), parfois par le virus herpès simplex de type 1 (VHS-1), qui est plus souvent à l’origine de l’herpès labial ou « bouton de fièvre ».

Il s’agit d’une infection chronique contagieuse, dont il est impossible de se débarrasser. Des poussées d’herpès peuvent se manifester tout au long de la vie. Les traitements antiviraux permettent de réduire les symptômes. 20% des personnes infectées n’ont pas de symptômes. On peut donc en être porteur sans le savoir, et il peut se passer plusieurs années avant que des symptômes ne se manifestent. Lorsqu’il y a des symptômes, les personnes infectées peuvent les confondre avec ceux d’une autre maladie (infection urinaire, hémorroïdes…).

L’herpès génital se transmet lors de rapports vaginaux, anaux ou buccaux non protégés. L’infection peut se produire même sans pénétration (par frottement sexe contre sexe par exemple, aussi bien lors de rapports hétérosexuels qu’homosexuels).

L’infection peut se propager à d’autres parties du corps que les organes sexuels. Ainsi, toucher avec les doigts les vésicules qui se forment lors d’une poussée d’herpès et porter ensuite ses doigts à sa bouche ou se frotter les yeux avec peut provoquer l’infection de la bouche ou des yeux. En outre, une personne ayant un herpès labial (« bouton de fièvre ») et entrant buccalement en contact avec le sexe de son ou sa partenaire peut transmettre l’herpès aux organes génitaux.